L’Ambassade

Royale promenade diplomatique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA.

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres. Car c’est aujourd’hui que doivent être reçus d’illustres invités : la délégation du Royaume de Polystirènie, mystérieuse île jusqu’alors oubliée et méconnue, avec à sa tête la reine Hortensia XXIII, accompagnée par son orchestre royal. Ce sera l’occasion d’une petite promenade pour découvrir les surprenantes coutumes de ce peuple si attachant, mais aussi de redécouvrir notre quotidien, grâce au regard décalé de ces lointains et sympathiques visiteurs.

.

Ambassade 2017 - Douchynoiseries à Douchy-les-Mines - © Christian Vedelman (32)

création 2017

théâtre de rue itinérant

spectacle tout public

en collaboration avec la Cie La Vache bleue

.

Ambassade 2017 - Douchynoiseries à Douchy-les-Mines - © Joël Livet (34)

Une visite festive et singulière

L’Ambassade est un spectacle déambulatoire, entre fanfare de rue et visite guidée décalée. Huit comédiens et musiciens emmènent le public pour une redécouverte du site. Ce cortège burlesque et festif part pour une promenade déroutante. Et les lieux traversés changent de fonction. Tel lieu devient piste de danse. Tel autre lieu un mémorial. Et tous les espaces visités prennent un sens nouveau… Il s’agit avec ce spectacle de ré-interpréter les signes du quotidien, dans l’espace public en s’employant à magnifier le réel dans une lecture décalée, malicieuse et sensible. L’Ambassade est donc un spectacle qui, même s’il dispose d’une trame commune à chaque représentation, se ré-invente à chaque fois en s’inspirant du lieu visité pour en donner une lecture nouvelle.

.

.

Un voyage dans le quotidienAmbassade 2017 - Douchynoiseries à Douchy-les-Mines - © Justine Grzesick (20)

Un voyage où le local devient lieu d’aventure et de découverte, où l’exotisme est au coin de la rue, où le détail anodin se pare des couleurs de l’inattendu et de l’insolite. C’est un spectacle pour redécouvrir la poésie du quotidien. C’est un spectacle en guise de rencontre… Le regard de l’autre, candide et décalé, ignorant de nos pratiques, souligne nos incongruités et redonne du sens à nos habitudes. C’est aussi un spectacle pour se retrouver. Pour s’émerveiller de notre quotidien et pour ré-inventer d’ancestrales traditions, d’anciennes célébrations en s’initiant aux rites festifs venus de la lointaine Polystirènie (Française). C’est un spectacle dont les spectateurs deviennent des complices actifs.

.

Ambassade 2017 - Douchynoiseries à Douchy-les-Mines - © Joël Livet (21)A l’origine de l’Ambassade…

Il y a deux compagnies qui explorent chacune à leur façon la rue et l’espace public et qui ont inauguré il y a sept ans une collaboration singulière, imaginé des aventures communes au travers de différents spectacles et temps forts. La Roulotte Ruche invente des formes qui mettent l’accent sur la proximité avec le public : des spectacles de théâtre de rue en musique et en chanson et des fanfares joyeuses et festives. La Vache bleue crée pour la rue des spectacles qui s’appuient sur une grande interaction et une relation intime avec le public. Les « parcours contés et visites singulières », spectacle phare de la compagnie créé il y a dix-huit ans, revisitent l’espace public de manière décalée. L’Ambassade se nourrit de ces deux univers… pour s’étonner du quotidien et créer un moment festif inattendu.

 

Ambassade 2017 - Douchynoiseries à Douchy-les-Mines - © Joël Livet (48)

 

Conditions techniques

L’Ambassade est un spectacle écrit pour la rue. Il se joue en déambulation dans l’espace public sous forme de parcours à stations.

Durée : 1 heure (2 représentations possible par jour)
Jauge : 150 personnes
Préparation : un repérage effectué par 2 comédiens sur 2 journées est nécessaire pour est nécessaire pour préparer le parcours et adapter l’histoire en fonction de l’endroit concerné.

 

 

 

Photo posée ambassade

Distribution

Nicolas Madrecki : Jean-Eric Lerouche, éminent spécialiste des territoires hypothétiques d’outre-mer
Jean-Christophe Viseux : Hervé Leroy, membre du personnel municipal chargé de l’accueil de la délégation
Fanny Duroisin : La Reine Hortensia (chant)
Loran Casalta : L’Ambassadore (saxophone baryton)
Guillaume Leclercq : Le Commodore (tambour)

Et l’Orchestre Royal de Polystirènie, avec en alternance

Axel Brame : saxophone ténor
Mickaël Knockaert : trompette
Damien Lourme : saxophone alto
Hoel Rouvillois : trombone

Ecriture et mise en scène : Jean-Christophe Viseux
Construction et décors : Amaury Roussel
Costumes : Vaïssa Favereau & Gabrielle Marongiu

 .

.

Production : La Roulotte Ruche & La Vache bleue
Coproduction : La Ville de Douchy-les-Mines, la Ville d’Hellemmes et Droit de Cité

Accueil en résidence : La Makina à Hellemmes et L’Imaginaire à Douchy-les-Mines
Aide à la Création : Le Conseil Départemental du Pas-de-Calais et La Ville de Lille

 

 

Histoire Polystirènie 1

.

A propos de lphoto officielle reine de polystirénieOKa Polystirènie…

C’est en 1926 que deux explorateurs français, Eugène Poly et François Stirène, découvrent par inadvertance en plein océan Pacifique une île minuscule (2 km de diamètre) qui n’a été répertoriée sur aucune carte. Et ceci pour une bonne raison : entièrement constituée d’une pierre volcanique extrêmement légère, cette île n’a aucune attache et dérive au gré des courants marins…

La découverte est d’importance, d’autant plus que l’île est habitée par une peuplade sympathique et bon enfant qui accueille à bras ouverts les deux explorateurs qui s’empressent de prendre possession de l’île au nom de l’État Français et de lui donner un nom : La Polystirènie (Française)… Après un bref séjour sur l’île, qu’ils mettront à profit pour enseigner aux autochtones les rudiments de la langue française, nos deux explorateurs reprennent le large pour rejoindre leur mère patrie afin de faire connaître aux autorités françaises leur sensationnelle découverte.

Malheureusement, lorsque quelques mois plus tard, ils appareillent pour la Polystirènie (Française), ils doivent, après plusieurs semaines passées en mer, se rendre à l’évidence… L’île n’est plus à l’endroit où ils l’avaient laissée et ils ne retrouveront jamais plus la trace de cette île flottante, ce paradis perdu parti dériver vers d’autres horizons. On ne retrouvera la trace de l’île que bien des années plus tard et de manière épisodique, grâce aux progrès de la cartographie satellitaire moderne.

 

 

 

Extraits de la Petite histoire illustrée de la Polystirènie (Archives royales de Polystirènie) :

Histoire Polystirènie 2Histoire Polystirènie 4Histoire Polystirènie 5

Histoire Polystirènie 6Histoire Polystirènie 7Histoire Polystirènie 8